Rentrée des Républicains de la 7ème circonscription le 30 septembre 2017 à Saint-Avold

Les militants et sympathisants du parti Les Républicains de la 7ème circonscription de la Moselle (Boulay/Saint-Avold) étaient conviés à une matinée de rentrée le 30 septembre dernier à la Maison des Associations de Saint-Avold.

Nous avons eu l’occasion de faire le bilan de cette année qui était particulièrement chargée et mouvementée sur le plan politique avec les élections présidentielles, législatives et sénatoriales. J’ai pu exprimer mon opinion sur ces différents scrutins et les trop nombreux échecs des derniers mois. Le résultat des élections législatives n’est que le reflet de la débâcle de l’élection présidentielle. Ce n’est pas tant notre échec que celui d’un candidat qui, embourbé dans les affaires, s’est maintenu jusqu’au dernier jour, ne nous laissant aucune chance de l’emporter.

Peut-être que nous entrons dans une nouvelle ère où la probité des hommes et femmes politiques sera une vertue cardinale. Je suis convaincu que c’est nécessaire et primordial que nous ayons des candidats et des élus exemplaires. Cela ne pourra que redonner de la force et de la valeur à la parole politique.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes deboutAu cours de cette matinée, les échanges ont été très nombreux et nous avons eu le plaisir d’accueillir le député de la Moselle, Fabien DI FILIPPO, seul député LR élu lors du dernier scrutin dans la circonscription de Sarrebourg. Il s’est montré particulièrement attentif aux attentes des militants et les échanges que nous avons pu avoir, sans la moindre langue de bois, ont été très intéressants. Les sujets abordés étaient nombreux : primaire, élections présidentielles et législatives, sénatoriales, travail parlementaire, cumul des mandats, rémunération des élus, sécurité et terrorisme, environnement… Nous avons également pu parler de la situation de notre parti politique après les échecs électoraux de cette année, mais aussi de la situation actuelle avec le manque d’unité qui persiste notamment avec le groupe des constructifs à l’Assemblée Nationale.

A mes yeux, dans toute assemblée politique, nous devons faire preuve d’ouverture, de dialogue et de pragmatisme. Le bon élu n’est pas celui qui vote les textes de la majorité à laquelle il appartient ou rejette tous les textes s’il est dans l’opposition. La vie politique est comme la vie en général, rien n’est blanc ou noir, il n’y a que des successions de gris. Ainsi, nous devons soutenir les bons projets et combattre les mauvais. Il n’y a pas besoin de créer un groupe parlementaire distinct de sa famille politique d’origine pour cela, il suffit d’avoir une attitude constructive. C’est l’attitude de Fabien DI FILIPPO et de nombreux parlementaires et je les en félicite.

Cette rentrée politique a aussi été l’occasion de parler de l’actualité particulière du jour, à savoir la démission de Philippe RICHERT de la présidence du Conseil Régional du Grand Est. Bien que colistier aux élections régionales en 2015, je n’ai pas eu la chance de L’image contient peut-être : 3 personnesconnaître personnellement Philippe RICHERT mais j’ai la conviction que nous avions un homme politique de valeur et qu’il remplissait sa fonction de Président du Grand Est avec une implication énorme et de réelles qualités humaines et politiques. Jamais un président de région n’aura été aussi présent partout dans cet immense territoire régional de l’Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes. C’est un homme modéré et ouvert, avec des convictions profondes mais jamais dans la provocation ou la petite phrase. Je regrette personnellement qu’il ait décidé de renoncer à son mandat, il manquera au Grand Est.

J’espère que son successeur, Jean ROTTNER, aura la même attitude et qu’il fera en sorte d’apaiser les relations au sein de cette grande région dont la fusion n’est pas encore acceptée de tous avec une très forte résistance alsacienne.

Cette fusion fut compliquée tant les différences entre les anciennes régions sont importantes : culturelles, historiques, sociologiques, politiques… Moi-même, je n’étais pas partisan de cette région immense des frontières de l’Est aux portes de la région parisienne. Nos différences sont réelles et importantes. Mais cette décision ne nous appartenait malheureusement pas.

Aujourd’hui, cette région est là et il me semble essentiel qu’au lieu de discuter du périmètre qui ne nous plait pas mais sur lequel nous n’avons aucun pouvoir, nous travaillons ensemble pour faire de cette région un succès, surtout pour ces habitants qui attendent autre chose que des débats sans fin.

Au lieu de perdre son temps à discuter du passé et de ce qu’on aurait voulu, il faudrait peut être commencer à bosser pour faire de cette région, pas parfaite mais qui existe, une réussite.
Comment faire fonctionner des politiques publiques si l’on ne pense qu’à faire, défaire, refaire ?

***

Pour en savoir plus sur Fabien DI FILIPPO, je vous invite à écouter son interview du 1er octobre 2017 sur France Bleu Lorraine :

https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-7h45-de-france-bleu-lorraine/lorraine-nord/fabien-di-filippo-depute-lr-de-sarrebourg-avec-francois-pelleray

 

 

Publicités

23 septembre 2016 : Assemblée Générale des élus de l’arrondissement de Boulay

J’assistais ce vendredi 23 septembre 2016 à l’Assemblée Générale des Maires, Adjoints et14448777_1745750265679385_7177316981299273528_n.jpg Conseillers Municipaux de l’ancien
arrondissement de Boulay-Moselle qui de déroulait à Boulay à l’invitation d’André BOUCHER, Maire de la Commune, Conseiller Régional et Président de l’association des Maires et des Présidents d’intercommunalité du secteur.

Au cours de cette assemblée, sont intervenus notamment :

  • Jean-Marie MIZZON, Président de l’association des Maires Ruraux de la Moselle
  • Paola ZANETTI, Députée de la circonscription
  • Jean-Paul DASTILLUNG, Vice-président du Conseil Départemental de la Moselle
  • François GROSDIDIER, Sénateur de la Moselle et Président de la fédération départementale des Maires de la Moselle
  • André BOUCHER, Maire de Boulay et Conseiller Régional
  • Philippe RICHERT, Président du Conseil Régional du Grand Est

Les élus ont particulièrement insisté sur l’importance des communes et le rôle des élus municipaux qui restent les plus proches de la population alors que leur avenir suscite l’inquiétude après les différentes évolutions législatives des dernières années (périmètre des intercommunalités, baisses des dotations, transfert des compétences, suppression pour les départements et régions de la clause de compétence générale, baisse des dotations de l’Etat qui fait payer son propre déficit sur le dos des collectivités territoriales…).

P_20160923_195714.jpgLa présence de Philippe RICHERT à Boulay aura été particulièrement remarquée et appréciée. On pourrait penser, à tort, que notre secteur si éloigné de Strasbourg ne compte pas, mais force est de constater que nous avons la chance d’avoir un Président du Conseil Régional qui sillonne véritablement l’ensemble de la région et qui est à l’écoute de tous les territoires. Merci à lui !

Le discours de clôture fut prononcé par Madame Claude DULAMON, Sous-Préfet de l’arrondissement de Forbach/Boulay-Moselle qui a également rappelé son attachement à la permanence de la Sous-Préfecture à Boulay malgré la fusion des deux arrondissements, car la proximité entre l’Etat et les collectivités passe par ces structures locales.

Article du Républicain Lorrain du 26 septembre 2016 :

rl-26-09-16-la-grand-region-expliquee-ag-des-elus-de-larrondissement

ACAL : Quel nom pour la nouvelle grande région ?

MISE A JOUR DU 08.04.2016

Le Président du Conseil Régional d’Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, Philippe RICHERT, a annoncé ce lundi 4 avril les résultats de la consultation populaire organisée afin de déterminer le nom de notre grande région.

Avec près de 289 000 participations, cette consultation est un réel succès et a démontré un intérêt pour le sujet de la part des habitants du territoire. Certes, cela ne représente pas la majorité des habitants/électeurs mais il est difficile de ne pas considérer le résultat comme représentatif.

Les résultats sont les suivants :

  1. GRAND EST : 216 783 personnes soit 75,03 %
  2. Nouvelle Autrasie : 29 991 personnes soit 10,38 %
  3. Rhin-Champagne : 28 214 personnes soit 9,77 %
  4. Acalie : 13 926 personnes soit 4,82 %

Cette proposition de nom sera soumise au débat et au vote de l’assemblée délibérante du Conseil Régional en séance plénière le 29 avril prochain et sera ensuite validé par un arrêté du Conseil d’Etat, le 1er octobre 2016 au plus tard.

Depuis le 1er janvier dernier, nous sommes rassemblés au sein d’une grande région issue de la fusion de l’Alsace, de la Champagne-Ardenne et de la Lorraine. Les conseils régionaux nouvellement installés doivent proposer une nouvelle dénomination qui sera ensuite validée par l’État.

logo1
Logo et nom temporaires de la Région ACAL

Le Président du Conseil Régional, Philippe RICHERT, a souhaité une consultation la plus large possible avec la création d’une commission chargée de faire des propositions qui seront ensuite soumises au vote de la population sur internet. Il faut d’abord saluer cette initiative qui permet à la population de s’approprier cette nouvelle région en participant à sa création et notamment au choix de son nom.

Après 3 réunions de cette commission, 3 noms sont proposés au vote de la population :

  • Rhin-Champagne
  • Nouvelle Austrasie
  • Acalie

Depuis l’annonce du résultat de ces concertations, les commentaires se succèdent sur les propositions retenues, dénonçant parfois l’absence du « Grand Est ».

Visiblement, le sujet intéresse plus que ce que j’imaginais, et tant mieux. On pourrait penser que le choix d’un nom est secondaire alors même qu’il est pourtant essentiel afin de forger notre identité et d’avoir une visibilité notamment européenne et mondiale. Nous avons des atouts nombreux notamment dans le domaine touristique et il est nécessaire de pouvoir facilement nous identifier.

Le Bureau exécutif du Conseil Régional a décidé aujourd’hui d’ajouter une 4ème proposition : Grand Est. Une pétition était en ligne depuis samedi pour demander l’ajout de cette proposition et laisser le choix aux votants. J’ai moi-même signé cette pétition électronique afin de permettre à chacun de s’exprimer. nomregion

Pour autant, je suis personnellement favorable à l’appellation « Nouvelle Autrasie ». Tout d’abord, ce nom fait référence à notre Histoire commune même si particulièrement ancienne (il s’agissait d’un royaume franc l’époque mérovingienne de 511 à 751). De plus, je ne souhaite pas que nous ayons un nom qui ne serait qu’une référence géographique, nous méritons tellement mieux !

Notre région Alsace – Champagne Ardenne – Lorraine est comparable en surface et en population à un véritable pays et elle doit se doter d’une véritable identité et donc d’un vrai nom. L’ambition de la réforme territoriale et de la fusion des régions était de créer des régions à « taille européenne » qui puissent peser sur la scène internationale. Le « Grand Est » ressemble plus à une circonscription administrative qu’à une région dotée de compétences et d’une identité propre. Il suffit de faire la comparaison avec le nom des régions dans les pays voisins : Bavière en Allemagne, Toscane en Italie, Catalogne en Espagne…

Je vous partage d’ailleurs cette illustration du dessinateur BIDU : après la simplification de l’orthographe, celle de la géographie !10623603_1115443025152918_652188160299029800_o.jpg

Ancré dans une réalité géographique rassemblant Alsaciens, Lorrains, Ardennais et Champenois autour du bassin du Rhin, Rhin-Champagne reflète le dynamisme économique d’une région au patrimoine historique et culturel reconnu depuis l’Antiquité. Ce nom, facile d’usage et traduisible dans toutes les langues, rassemble tous les habitants autour d’une dénomination connue dans le monde entier.

Nouveau nom construit à partir de la dénomination des trois régions. Acalie cherche à démontrer l’unité de la région dans sa diversité et le dynamisme de ce territoire. Ce nom veut inciter à la découverte de la région pour devenir une véritable marque de nature à faire rayonner le territoire.

Nouvelle Austrasie relie le passé (Austrasie) et l’avenir (Nouvelle). Cette dénomination, qui se réfère à une entité historique, s’ouvre vers l’avenir à partir d’un patrimoine culturel et historique commun en y associant la position géographique de l’Est. Ce nom, construira une identité nouvelle.

Alsace Champagne-Ardenne Lorraine forme naturellement l’Est de la France. Grand Est, est pour beaucoup la dénomination logique de cette nouvelle grande collectivité. Cette dénomination rappelle son histoire, sa position géographique, son côté transfrontalier et sa dimension européenne.

Extrait de la présentation des noms
Site internet du Conseil Régional d’Alsace – Champagne Ardenne – Lorraine

Pour conclure, je vous invite à participer à la consultation organisée par le Conseil Régional, faites votre choix, ce sera le bon ! L’important est que le maximum de personnes puissent participer à ce vote afin de construire, tous ensemble, notre avenir commun !

http://www.alsacechampagneardennelorraine.eu/2298-2/

Régionales 2015 : Victoire en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (dont chiffres de Créhange)

Au soir de ce 2nd tour des élections régionales, je suis extrêmement heureux de la victoire de l’équipe à laquelle j’ai le plaisir et l’honneur d’appartenir. Cette campagne électorale a été riche et intense, compliquée aussi il faut le reconnaître mais elle se termine avec un résultat à la hauteur de nos espérances et surtout, avant même d’être celle d’une équipe, c’est la victoire de la République.

Nous n’avons pas cédé aux forces du mal qui étaient à nos portes et qui risquaient 2015-12-13 22.23.57 (2)de prendre l’exécutif de cette région. Le risque était réel mais lorsque le Peuple se mobilise, rien n’est impossible.

Ce soir, le Front National n’a pas eu l’Alsace et la Lorraine, et nous pouvons dire « Champagne » ! (merci à Patrick THIL, nouveau conseiller régional, pour cette belle formule, qui pétille !).

A Créhange, les résultats du 1er tour n’étaient pas bons, notre liste conduite par Philippe RICHERT arrivait en 3ème position avec 18.55% pour 225 voix, derrière la liste de Jean-Pierre MASSERET à 19.29% pour 234 voix et celle en tête de Florian PHILIPPOT à 45.51% pour 552 voix.

Après une semaine encore plus intense de travail entre les deux tours, sur le terrain dans la proximité qui caractérise notre liste et notre campagne, les résultats du 2nd tour sont en nette amélioration avec un score de 35.81% pour 544 voix pour la liste RICHERT-WEITEN contre 44.04% pour 669 pour la liste FN de Florian PHILIPPOT et 20.14% pour 306 voix pour la liste de gauche conduite par Jean-Pierre MASSERET.

Entre le premier et le second tour, nous gagnons donc 319 voix contre 117 pour le FN et 72 pour la liste de gauche. Cependant, les voix supplémentaires obtenues par le Front National montre que ce parti reste un réel danger et qu’il a un fort potentiel électoral. Il nous faudra prendre en compte ce que signifie ce mécontentement et savoir en tirer les conséquences.

Mention spéciale pour mon bureau de vote de Créhange village où notre liste arrive en tête avec 44.65% des voix au second tour contre 29.32% au premier tour.

La participation sur la commune est passée de 40.13% au premier tour à 49.78%.

Résultats du 1er tour à Créhange : 2015_Créhange_Régionales

Résultats du 2ème tour à Créhange : 2015_Créhange_Régionales tour 2

Cette campagne a été passionnante, j’ai eu le plaisir de rencontrer et côtoyer des personnes exceptionnelles que ce soit les colistiers ou l’équipe technique qui nous accompagnait. Patrick WEITEN a été une tête de liste entrainante, un capitaine d’équipe exceptionnel, un roc sur lequel nous pouvions compter pour nous emmener vers la victoire en Moselle, sans lui, celle-ci n’aurait pas été possible. Nous avons vécu ensemble pendant ces quelques semaines des moments extrêmement forts, cela forge et cela marque !

Je n’ai pas la chance d’être élu ce soir Conseiller Régional mais je continuerai à participer, d’une manière différente, à la construction de l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine et à la défense de nos valeurs républicaines et de nos territoires.

Vous pouvez compter sur mon engagement et ma détermination.

A tous ceux qui ont soutenu notre équipe, un immense merci.

En avant !

Elections régionales dans le bassin de Saint-Avold : article du Républicain Lorrain du 8 novembre 2015

Ce dimanche 8 novembre 2015, l’édition de St Avold du Républicain Lorrain titre sur les élections régionales sur notre RL 08.11.15 - JL RLSAsecteur, malheureusement uniquement sous un angle « politicien » car ne traitant que le thème de la composition de la liste d’union LR-UDI-MoDem et de celle du PS, sans parler du fond.

Bien entendu, la question de la représentativité des territoires est importante et mérite d’être évoquée, mais pas à la première place. Je préfère personnellement parler des valeurs que nous défendons, de nos idées pour que cette nouvelle région apporte des services et une meilleure qualité de vie aux habitants, qu’elle soit un partenaire des collectivités locales et des entreprises pour soutenir l’investissement, l’aménagement du territoire, le développement économique, la formation professionnelle et l’emploi.

Cette équipe représente l’ensemble des territoires de la Moselle, du Sillon Mosellan en passant par la Moselle-Est, le Saulnois, le Bitcherland etc…

Notre volonté est d’accompagner et soutenir les entreprises, promouvoir le tourisme de la Moselle qui possède des sites remarquables, favoriser l’apprentissage qui est créateur d’emplois notamment par le développement de la formation et de la mobilité, soutenir l’enseignement supérieur dans cette région qui possède plusieurs universités, développer les infrastructures de mobilité et de transport mais aussi soutenir la culture et le sport.

L’équipe rassemblée autour de Patrick WEITEN en Moselle n’a qu’un seul objectif : défendre notre département et nos territoires avec sincérité et proximité, dans la compétition des grandes régions mais aussi entre les 10 départements de notre région. La compétition n’est pas toujours négative, elle peut au contraire permettre de repousser nos limites et d’avancer encore plus loin, c’est ce que je souhaite pour la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Dès le 1er janvier 2016, la région telle que nous la connaissons cessera d’exister et sera remplacée par un territoire immense de 5.5 millions d’habitants, allant des portes de Paris aux frontières avec la Belgique, l’Allemagne, le Luxembourg et la Suisse.

Tout est à construire mais c’est un challenge à relever avec passion et détermination en gardant toujours pour objectif l’intérêt général.

RL 08.11.15 - SA, parent pauvre