Rentrée des Républicains de la 7ème circonscription le 30 septembre 2017 à Saint-Avold

Les militants et sympathisants du parti Les Républicains de la 7ème circonscription de la Moselle (Boulay/Saint-Avold) étaient conviés à une matinée de rentrée le 30 septembre dernier à la Maison des Associations de Saint-Avold.

Nous avons eu l’occasion de faire le bilan de cette année qui était particulièrement chargée et mouvementée sur le plan politique avec les élections présidentielles, législatives et sénatoriales. J’ai pu exprimer mon opinion sur ces différents scrutins et les trop nombreux échecs des derniers mois. Le résultat des élections législatives n’est que le reflet de la débâcle de l’élection présidentielle. Ce n’est pas tant notre échec que celui d’un candidat qui, embourbé dans les affaires, s’est maintenu jusqu’au dernier jour, ne nous laissant aucune chance de l’emporter.

Peut-être que nous entrons dans une nouvelle ère où la probité des hommes et femmes politiques sera une vertue cardinale. Je suis convaincu que c’est nécessaire et primordial que nous ayons des candidats et des élus exemplaires. Cela ne pourra que redonner de la force et de la valeur à la parole politique.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes deboutAu cours de cette matinée, les échanges ont été très nombreux et nous avons eu le plaisir d’accueillir le député de la Moselle, Fabien DI FILIPPO, seul député LR élu lors du dernier scrutin dans la circonscription de Sarrebourg. Il s’est montré particulièrement attentif aux attentes des militants et les échanges que nous avons pu avoir, sans la moindre langue de bois, ont été très intéressants. Les sujets abordés étaient nombreux : primaire, élections présidentielles et législatives, sénatoriales, travail parlementaire, cumul des mandats, rémunération des élus, sécurité et terrorisme, environnement… Nous avons également pu parler de la situation de notre parti politique après les échecs électoraux de cette année, mais aussi de la situation actuelle avec le manque d’unité qui persiste notamment avec le groupe des constructifs à l’Assemblée Nationale.

A mes yeux, dans toute assemblée politique, nous devons faire preuve d’ouverture, de dialogue et de pragmatisme. Le bon élu n’est pas celui qui vote les textes de la majorité à laquelle il appartient ou rejette tous les textes s’il est dans l’opposition. La vie politique est comme la vie en général, rien n’est blanc ou noir, il n’y a que des successions de gris. Ainsi, nous devons soutenir les bons projets et combattre les mauvais. Il n’y a pas besoin de créer un groupe parlementaire distinct de sa famille politique d’origine pour cela, il suffit d’avoir une attitude constructive. C’est l’attitude de Fabien DI FILIPPO et de nombreux parlementaires et je les en félicite.

Cette rentrée politique a aussi été l’occasion de parler de l’actualité particulière du jour, à savoir la démission de Philippe RICHERT de la présidence du Conseil Régional du Grand Est. Bien que colistier aux élections régionales en 2015, je n’ai pas eu la chance de L’image contient peut-être : 3 personnesconnaître personnellement Philippe RICHERT mais j’ai la conviction que nous avions un homme politique de valeur et qu’il remplissait sa fonction de Président du Grand Est avec une implication énorme et de réelles qualités humaines et politiques. Jamais un président de région n’aura été aussi présent partout dans cet immense territoire régional de l’Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes. C’est un homme modéré et ouvert, avec des convictions profondes mais jamais dans la provocation ou la petite phrase. Je regrette personnellement qu’il ait décidé de renoncer à son mandat, il manquera au Grand Est.

J’espère que son successeur, Jean ROTTNER, aura la même attitude et qu’il fera en sorte d’apaiser les relations au sein de cette grande région dont la fusion n’est pas encore acceptée de tous avec une très forte résistance alsacienne.

Cette fusion fut compliquée tant les différences entre les anciennes régions sont importantes : culturelles, historiques, sociologiques, politiques… Moi-même, je n’étais pas partisan de cette région immense des frontières de l’Est aux portes de la région parisienne. Nos différences sont réelles et importantes. Mais cette décision ne nous appartenait malheureusement pas.

Aujourd’hui, cette région est là et il me semble essentiel qu’au lieu de discuter du périmètre qui ne nous plait pas mais sur lequel nous n’avons aucun pouvoir, nous travaillons ensemble pour faire de cette région un succès, surtout pour ces habitants qui attendent autre chose que des débats sans fin.

Au lieu de perdre son temps à discuter du passé et de ce qu’on aurait voulu, il faudrait peut être commencer à bosser pour faire de cette région, pas parfaite mais qui existe, une réussite.
Comment faire fonctionner des politiques publiques si l’on ne pense qu’à faire, défaire, refaire ?

***

Pour en savoir plus sur Fabien DI FILIPPO, je vous invite à écouter son interview du 1er octobre 2017 sur France Bleu Lorraine :

https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-7h45-de-france-bleu-lorraine/lorraine-nord/fabien-di-filippo-depute-lr-de-sarrebourg-avec-francois-pelleray

 

 

Publicités

Obligation de prendre tous les bulletins de vote ? Non !

Faut-il prendre tous les bulletins de vote afin de garantir la confidentialité du vote ? Il s’agit d’une question récurrente qui se pose généralement à tous les scrutins.

oKF7QilzlYouNO1Fsw1f1n-siXkLa réponse est assez simple : absolument rien dans le code électoral n’impose de prendre TOUS les bulletins, ni dans la partie législative, ni dans la partie règlementaire. De même, aucune jurisprudence à ma connaissance ne l’impose. Il s’agit d’un usage et non d’une obligation. Prendre plusieurs bulletins suffit à respecter l’article L59 du Code Electoral qui dispose que « le scrutin est secret ». A aucun moment, le code ne fait référence aux bulletins.

Ainsi, le respect de la loi n’exige que de prendre au minimum deux bulletins permettant le respect de la confidentialité.

Ce principe est d’ailleurs rappelé dans la circulaire du 17 janvier 2017 relative au déroulement des opérations électorales lors des élections au suffrage universel direct : I7a-Circulaire_deroulement_operations_electorales (voir page 13) :

S’il (l’électeur) souhaite utiliser un des bulletins de vote mis à sa disposition dans la salle de vote, il prend également les bulletins d’au moins deux candidats, afin de préserver le secret de son vote.

On pourrait facilement considérer que ne pas prendre un bulletin de vote marque déjà une préférence en ce qu’il s’agisse du rejet de ce candidat. Pour autant, ce n’est pas de nature à compromettre le respect de la loi sur le secret du vote.

De même, il a déjà été admis qu’un candidat à une élection qui ne prendrait que son propre bulletin de vote ne porterait pas atteinte à ce principe, son choix étant déjà de notoriété publique par sa propre candidature.

Par contre, le passage à l’isoloir est lui totalement obligatoire, un électeur ne doit pas glisser son bulletin dans l’enveloppe en dehors de l’isoloir, car cela risquerait justement de ne pas permettre ce respect de la confidentialité du vote.

Pour aller plus loin, mon article sur les opérations électorales ou comment bien voter !

https://jonathan-leidner.net/2012/04/23/droit-electoral-bulletins-urne-papiers-necessaires-carte-electorale-tout-ce-quil-faut-savoir-pour-bien-voter/

Baptême Républicain : origine, procédure et portée

Lors de mon séjour à Taizé, avec mon groupe, nous nous sommes interrogés sur le baptême républicain et nous nous sommes demandé quel en est le sens et quels sont les éventuels effets juridiques.

Le mot baptême vient du grec baptein, qui signifie « plonger dans un liquide ». Son origine est exclusivement religieuse et consiste surtout en une cérémonie, un rite chrétien de témoignage public de conversion.

Après une courte recherche, c’est très simple, l’origine remonte à un décret du 20 prairial, an II (8 juin 1794) qui prévoyait que désormais seules les municipalités seraient autorisés à établir des registres d’Etat civil. Il faut se remettre dans le contexte de la Révolution Française qui souhaitait notamment affaiblir le rôle de l’Eglise Catholique Romaine dans la vie civile.

Existe t’il une procédure ?  Aucune n’a été prévue. Cela reste donc à la discrétion du Maire qui peut d’ailleurs refuser de célébrer un tel acte vu qu’il ne s’agit pas d’une obligation légale.

Et la portée ? Contrairement à la pensée populaire, il n’y en a aucune. En effet, le Maire n’est pas autorisé à marquer le baptême civil sur l’acte de naissance et celui ci n’entraine aucun effet juridique. L’engagement que prennent les parrains et marraines de suppléer les parents en cas de défaillance ou de disparition n’a qu’une valeur morale.

En résumé, le baptême républicain n’a réellement qu’une valeur symbolique et concrètement, ne sert à rien…

Créhange : 35 cm de neige !

A Créhange, petite commune de 4 000 habitants en Moselle, près de Boulay, St-Avold et Faulquemont, on n’avait pas vu cela depuis longtemps. Il faut dire que cet hiver est long et impressionnant par la quantité de neige qui est tombée. De ma mémoire, je n’en avais jamais vu autant dans nos contrés.

On ne peut pas dire le contraire, il y a des avantages pour certain, mais aussi des inconvénients pour d’autres… Je pense aux collégiens et lycées qui voient avec bonheur les arrêtés préfectoraux se multiplier les empêchant d’aller en cours, je pense aussi aux paysages, à la nature qui offre un spectacle sublime revêtue d’un épais manteau blanc (Merci à Sophie A. pour ses très belles photos).

Personnellement, je suis rentré hier de Créhange pour ma semaine d’étude à Nancy, et je dois dire que le chemin jusqu’à la gare de Faulquemont n’était déjà pas évident. Mais je suis heureux d’être rentré hier car aujourd’hui c’est encore pire. Nous avions hier plus de 10 cm de neige, aujourd’hui, nous approchons les 40 cm ! Preuve à l’appui (voir photo, merci Laurent A.).

En tout cas, le paysage est vraiment superbe. Dommage cependant que les problèmes de quantité de neige et de manque de sel rendent nos routes relativement impraticables. Mais en même temps, la nature est parfois très forte. Je ne peux que vous déconseiller fortement de prendre la route et faire très attention 😉

En tout cas, les images sont vraiment superbes 🙂